28. février 2017

Peut-on hacker le cœur humain ?

Les appareils utilisés dans le secteur médical et les failles de sécurité s’y trouvant inquiètent les chercheurs en sécurité.

Même la branche médicale ne résiste pas à la tendance croissante de la mise en réseau. Cette interconnexion promet des avantages, autant pour les patients que pour les médecins et le personnel soignant. Mais à côté de ces annonces enthousiastes, on trouve des experts de sécurité qui mettent en garde contre des systèmes potentiellement non sécurisés.

L’Internet des objets en question

En août 2016, des chercheurs ont trouvé des failles de sécurité un produit connecté du fabricant St. Jude Medical, leader dans la production de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs. Sur ce produit, un émetteur/récepteur permet une surveillance à distance des valeurs de l’appareil implanté. En fonction des valeurs, des actions à distances sur l’appareil sont possibles. Seul prérequis : le patient doit se trouver à proximité de l’émetteur. Mais des chercheurs ont démontré qu’en exploitant certaines failles de sécurité, ils pouvaient également agir sur cet appareil.

Des failles de sécurité dans les appareils médicaux : rien de nouveau !

En 2015, un chercheur de sécurité allemand a repéré que les standards de sécurité des appareils médicaux dataient des années 1990. Il a pu désactiver la fonction respiratoire d’un appareil d’anesthésie connecté. Son rapport montre que via les failles de sécurité dans le logiciel de contrôle d’une pompe à insuline, les attaquants peuvent administrer une dose mortelle du médicament. La même chose est possible pour les pompes à transfusion utilisées dans les hôpitaux. Tous les appareils médicaux, modernes et connectés qui arrivent aujourd’hui sur le marché sont en retard sur le domaine de la sécurité. Une des raisons est la lenteur des procédures d’autorisations et de certifications.  

Intégrer la sécurité dès la conception des appareils

Avec l’augmentation et la popularité croissante des ransomware, des nouveaux scénarios sont envisageables. Des attaquants pourraient demander des rançons en échange de quoi ils n’agiraient pas sur des appareils médicaux maintenant des patients en vie. Pour éviter cela, une coopération efficace entre chercheurs en sécurité et fabricants est indispensable, au niveau des appareils mais aussi au niveau des plateformes connectées qui centralisent les données des patients. Accélérer les processus de certifications est également nécessaire. Enfin, intégrer la sécurité dès la conception des produits « security by design » constitue une étape indispensable pour l’industrie médicale.

Contact Presse

G DATA Software France SARL

Jérôme Granger

Public Relations Manager France

2A, rue Danton

92120 Montrouge

Tél: +33 (0)1 41 48 51 46

Mail: Jerome.granger@remove-this.gdata.fr