Annonce du 28. octobre 2014

Rapport de sécurité G DATA : chevaux de Troie bancaires et logiciels indésirables en hausse.

L’éditeur de solution de sécurité publie son analyse semestrielle des dangers.

Le G DATA SecurityLabs a recensé 1,8 millions nouveaux codes malveillants au 1er semestre 2014. Ceci équivaut en moyenne à un nouveau danger ciblant Windows toutes les 8,6 secondes. Deux catégories se distinguent à la hausse : les logiciels publicitaires (Adware) et les chevaux de Troie bancaires. Sur ce dernier danger, G DATA a déterminé le Top 25 des sites bancaires les plus ciblés. Il est composé à 48 % de domaines liés à des banques américaines. Les banques françaises restent quant à elles relativement préservées. Le rapport de sécurité complet est disponible sur la page Internet de G DATA.

Les experts du G DATA SecurityLabs ont identifié 1 848 617 nouveaux types de programmes malveillants au premier semestre 2014. Les estimations pour la fin de l’année prévoient 3,38 millions de malware découverts.

 

Ralf Benzmüller, directeur du G DATA SecurityLabs : « Pour ce rapport, nous nous sommes particulièrement focalisés sur l’analyse des chevaux de Troie bancaires et en avons déterminé leurs cibles. L’échantillon des 3521 trojans dont nous avons analysés le code montre que les régions anglophones sont particulièrement touchées. Dans le top 25 des banques et prestataires de services financiers pris comme cible, 48% venaient des Etats-Unis. Les chevaux de Troie bancaires sont un business très lucratif et ont une importance incontestée dans l’économie souterraine. »

 

Les banques américaines plus touchées par des chevaux de Troie bancaires


L’analyse du code des chevaux de Troie bancaires a permis de tirer plusieurs constatations. Sur les 825 domaines Internet bancaires ciblés, celui de Bank of America est en tête : 13% des codes malveillants étudiés ciblent sa page de banque en ligne. Les organismes de langue anglaise sont en première ligne : 48% des banques et des prestataires de moyen de paiement du Top 25 sont américains. Ils sont suivis par la Grande Bretagne avec 24%, puis le Canada avec 16%. 
Cette focalisation sur la langue anglaise, préserve en partie les organismes français. Ainsi, le premier domaine français le plus ciblé apparait seulement à la 49ème position. L’exposition au danger des banques françaises n’est toutefois pas nulle : le top 10 des organismes français est ciblé par 7,2 % des chevaux de Troie bancaires étudiés.
L’analyse, qui s’est aussi penchée sur les méthodes de protection mises en place par les organismes du Top 25 montre que les protections proposées sont souvent insuffisantes. En appliquant les mesures de sécurité proposées, 40% du top 25 sont vulnérables aux Keylogger classiques et 80% aux chevaux de Troie bancaires. 

Les Adware continuent de s‘envoler


Le premier semestre 2014 montre également une croissance rapide des Adware. Depuis le deuxième semestre 2012, le nombre de nouveaux types de programmes malveillants de cette catégorie a été multiplié par 16. Ces programmes potentiellement indésirables ne sont pas des malware dans le sens traditionnel. Pourtant, ils dérangent les utilisateurs car une fois installé, il est très difficile de s’en séparer.

Le G DATA MalwareReport est disponible ici : secure.gd/dl-en-pcmwr_2014_01

Media:

Annonce du 28. octobre 2014

Contact Presse

G DATA Software France SARL

Jérôme Granger

Public Relations Manager France

2A, rue Danton

92120 Montrouge

Tél: +33 (0)1 41 48 51 46

Mail: Jerome.granger@remove-this.gdata.fr