Annonce du 04. août 2011

Virus et antivirus - Les femmes moins techniques mais mieux informées des risques

L’étude G Data Software menée par la société SSI en France  montre que les Internautes françaises connaissent moins bien les solutions de protection antivirus que les hommes. Mais elles sont en contrepartie plus prudentes sur Internet  et connaissent mieux les dangers qui y rôdent.

Ce n’est pas parce qu’on n’est pas une pro de la mécanique qu’on ne peut pas être bonne conductrice ! Cette réalité, mainte fois confirmée par les statistiques de la sécurité routière, pourrait aussi illustrer les résultats de l’étude G Data Software menée par SSI* et portant sur les connaissances techniques en matière de sécurité des internautes français.
L’étude menée auprès de 1204 internautes âgés de 18 à 65 ans (582 hommes et 622 femmes), montre de nettes disparités entre les hommes et les femmes sur les questions relatives aux connaissances techniques et à l’équipement en solutions de sécurité.

Une protection antivirus moins bien maitrisée
À la question « Quel logiciel de sécurité utilisez-vous ? », 3 fois plus de femmes (6,75 %) que d’hommes (1,55 %) ignorent si elles sont ou non protégées contre les virus. Et lorsqu’il s’agit de définir dans le détail quel type de protection équipe l’ordinateur, 14 % des femmes interrogées déclarent ne pas savoir si elles utilisent un antivirus ou une suite de sécurité plus complète contre 5 %  chez les hommes.
Sur ce côté technique, homme ou femme se rassemblent toutefois sur un point : les jeunes semblent plus aguerris techniquement. Pour les deux  sexes, le pourcentage d’intervenant déclarant qu’il ne sait pas augmente généralement avec l’âge.

Question 1 : Quel logiciel de sécurité utilisez-vous ?


Question 2 : Quel type de protection en particulier ?  


Cette moins bonne connaissance dans les solutions de sécurité expose-t-elle davantage les internautes féminines aux dangers d’Internet ? La deuxième partie de l’étude relative aux connaissances des dangers et aux comportements sur Internet montre au contraire que les femmes ont une meilleure connaissance des dangers.

Une meilleure connaissance des risques
Les femmes interrogées ont en effet mieux réagi que les hommes à la quasi totalité des 8 affirmations qui leur étaient proposées. Elles ont ainsi été généralement moins nombreuses à valider de fausses idées et plus nombreuses à adhérer aux informations exactes.

Les femmes mieux informées que les hommes à travers deux exemples :
- Les femmes sont seulement 3,7 % à valider la fausse affirmation selon laquelle « les cybercriminels ne sont pas intéressés par les ordinateurs des utilisateurs particuliers », contre 8,42 % chez les hommes. Aujourd’hui, particuliers et entreprises sont les cibles des cybercriminels.
- A l’affirmation suivante : « Les chances d’être infecté par un virus ou un programme malveillant sont plus élevées lorsque l’on visite des sites internet pornographiques que lorsque l’on visite des sites normaux, par exemple de voyage ou d’équitation ». Avec 25 % des femmes qui le pensent contre 39 % des hommes, là encore ce sont les femmes qui ont vu juste. Les sites pornographiques étant avant tout des sites commerciaux, leurs propriétaires n’ont aucun intérêt à les transformer en sites de propagation de malware.

Question 3 : Quelles affirmations vous semblent-elles exactes ?

 

En plus d’être mieux informées, les femmes sont aussi plus prudentes que les hommes, notamment sur les réseaux sociaux.  Ainsi, à la question « cliquez-vous sur des liens diffusés sur les réseaux sociaux ? » seulement 14 % des femmes répondent le faire pour tous les liens sans discernement quand ils sont 23 % chez les hommes.

Question 4 : Cliquez-vous sur des liens diffusés sur les réseaux sociaux ?


Stephanie Kayser, Country Manager France pour G Data Software : « Travaillant depuis longtemps dans l’informatique, j’ai effectivement observé que beaucoup de femmes sont moins intéressées par les détails techniques, ce que confirme l’étude. Ceci n’empêche pas que nous soyons mieux informées sur les risques que les hommes. Peut-être parce que nous sommes moins rassurées par la technologie, nous évitons tout simplement de prendre des risques. Nous respectons les règles et agissons avec plus de prudence. Ceci est une démarche parfaite dans l’informatique. Car une bonne protection contre les dangers numériques ne repose pas seulement sur l’utilisation d’une bonne solution de protection. Elle doit aussi être accompagnée d’une utilisation prudente d’Internet. »

 

*À propos de l’étude G Data/SSI
Pour cette étude, 1 204 personnes âgées de 18 à 65 ans ont été interviewées en France par la Société Survey Sampling International. Le questionnaire a été administré entre février et mars 2011 par email chez des utilisateurs disposant tous d’une connexion Internet à leur domicile.

Annonce du 04. août 2011

Contact Presse

G DATA Software France SARL

Jérôme Granger

Public Relations Manager France

2A, rue Danton

92120 Montrouge

Tél: +33 (0)1 41 48 51 46

Mail: Jerome.granger@remove-this.gdata.fr